Cultures Croisées: L'art et la terre

Caroline Mongeau aux Délices de Compton

Je suis allée faire mon atelier avec les jeunes de 5-6 ans le 10 juillet dernier. J'ai débuté la présentation en parlant de mon travail de graphiste/artiste/illustratrice avec l'affiche du marché de soir, en expliquant que dans mon travail créatif, je fais souvent des illustrations.


Comme je m'inspire fortement de la nature pour mes oeuvres, j'ai voulu montrer aux enfants qu'on peut trouver vraiment toute sorte d'inspiration pour créer dans la nature, et même juste autour de chez nous. J'ai commencé en apportant un petit contenant de découverte avec des plantes comestibles, des fruits et des pierres de toute sorte de teintes afin de leur faire réaliser qu'on ne les remarque pas toujours, mais que les couleurs vibrantes se trouvent partout autour de nous. Je les invitais à sentir, toucher et tacher leurs doigts pour comprendre l'origine des pigments. J'ai ensuite sorti les pots de teinture maison que j'ai fais avec différents fruits et plantes, puis je leur ai expliqué comment j'ai procédé. Camerise, matricaire, pissenlit, argousier, fraise et verdure fraîche ont servi à la concoction des pigments maison.


En groupe de 6 ou 7 par table, chacun a reçu un contenant auquel j'ai ajouté de la gomme de guar pour émulsifier et épaissir la texture. Ils l'ont brassé avec un bâton pendant 1 minute et ont constaté la nouvelle texture de la peinture. Elle adhérait davantage au pinceau maintenant!


Pour construire l'oeuvre et avoir une certaine cohérence à travers les pièces, j'ai choisi de dessiner sur un grand carton épais et de le découper en morceaux pour en faire une espèce de casse-tête. Chaque enfant a reçu un ou deux morceaux pour explorer avec la peinture. Plusieurs ont même redemandé des feuilles supplémentaires afin d'explorer davantage avec les couleurs!


Ensuite, j'ai invité les enfants à aller chercher un élément de la nature de leur choix dans le parc et de venir s'asseoir en cercle. Chacun des enfants devait expliquer ce qui l'attirait dans ce qu'il avait choisi et allait le disposer au centre du cercle pour créer un «mandala». Mon but dans cette activité était de les sensibiliser au fait que l'inspiration se trouve partout, et qu'on peut s'amuser même si on n’a pas de jouet ou d'écran. On disait ensuite ce à quoi ça le mandala nous faisait penser. La nature de l'oeuvre éphémère se voulait une façon de prendre conscience du moment présent, et que ce qu'on venait de partager n'avait de traces que dans notre mémoire.


Les enfants semblaient satisfaits de leur expérience. Ils ont été bien patients malgré leur jeune âge! Pour moi, ça m'a rappelé de bons souvenirs de mes années d'animatrice en camp de jour, et ça m'émerveille toujours de voir les jeunes ouverts d'esprit.

___


Sur une autre note, ma résidence chez les Beaudoin/Samson va bien. Je m'y rendrai à nouveau dans les prochaines semaines de façon sporadique, et j'ai déjà entamé quelques oeuvres. Ce n'est pas l'inspiration qui manque! J'ai magasiné des imprimeurs, car j'avais une idée d'explorer avec l'impression sur aluminium. À suivre!

----

Des photos de l'atelier se trouvent en pièce jointe.

J'espère que vous passez un bel été!

Au plaisir,


Carolyne